Hommage hors-normes.

34_big

Le premier mandat était d’ordre familial:  produire un film sur cet « Hommage » de Jacqueline Desmarais dédié à son défunt mari Paul Desmarais dans l’enceinte de la basilique Notre-Dame à Montréal le 3 Décembre 2013 ; cérémonie hors norme à laquelle étaient conviés plusieurs personnalités , invités de marque et dignitaires , dont le pivot principal était la performance de Yannick Nézet-Séguin et l’Orchestre Métropolitain.

C’est la maison montréalaise Cinélande et ses producteurs Alex Sliman et Frédéric Desproges ainsi que leur équipe, qui étaient en charge d’assumer la production.

Nous avions donc pour mission de placer 16 caméras Arri Alexa (langage filmique oblige) en toute discrétion, dont 8 téléguidées , une technocrane, un steadicam et un dolly robotisé! Ce premier défi a été réalisé avec brio par la collaboration entre les départements caméra et artistique au moyen de « caches » très savantes, et d’un positionnement ultra-judicieux, malgré l’encombrement de certains télé-objectifs très lourds comme les Angénieux

24-290mm et 25-250mm, ainsi que les Fujinon 75-400mm, inhérents à la configuration « Alexa » méthode « film ».

Deuxième défi technologique: nous devions pouvoir contrôler l’exposition par l’iris à une distance de 500′,  où nous avions installé la station de visionnement et les postes d’opérateurs de caméras  robotisées: un genre de station de contrôle (CCU) qu’on voit plutôt en captation « live » pour la télé. Pour ce faire nous avons fabriqué des câbles d’une longueur phénoménale (certains jusqu’à 900′ ! ) compatibles avec les systèmes de contrôle FIZ de Preston, en isolant le canal « iris ». Je ne vous révélerai pas tous nos trucs ici, mais la quantité de « FIZ »en jeu est ce qui impressionne le plus!

Le défi suivant mettait aux prises l’autonomie de tournage et la qualité de l’enregistrement: nous devions prévoir 4 heures d’enregistrement, en double copie « LOG » 23.98fps, tout en utilisant la troisième sortie de la Alexa en mode légal « rec709 » 29.97fps pour la retransmission « au-vivant » à la télévision. Nous ne pouvions enregistrer sur les caméras par manque d’autonomie et d’accès pendant l’événement. Nous devions conserver d’autre part le flux « log », ainsi qu’une copie de sécurité; n’oublions pas que nous affairions d’abord à la réalisation d’un « film-hommage ». Nous avons donc installé deux régies d’enregistrement, dont l’une d’elles dans les catacombes de la basilique , et l’autre en « mobile », équipées en KiPro – ProRes HQ 422 (5hres d’autonomie), qui supportent la courbe logarithmique de Arri dans son intégralité, ainsi qu’une régie « sono » indépendante, en relais des flux accordés à la télévision.

Il va sans dire que le travail en amont , la préparation, et les tests ont dû être effectués dans la plus grande rigueur, avec en tête la pression du « one-shot deal » télévisuel et d’une recherche d’ésthétisme organique propre au langage cinématographique .

Une complicité méthodique s’est implantée entre les équipes « télé » et « film », malgré des procédures et des façons de faire quelques fois différentes et divergentes par la nature même des métiers respectifs, et nous pouvons louer le travail collaboratif du directeur-photo/réalisateur Mario Janelle csc, de l’assistant-opérateur Eric Bensoussan, du directeur technique Martin Poirier, et leurs équipes respectives , qui ont grandement facilité la mise en place du « buffet technologique » que VidéoMTL a dû assurer.

Il me faut aussi souligner le travail impeccable de coordination des équipements que mes collègues Christian Navennec et Dominique Voisine ont accompli: comme je l’ai souligné plus haut, c’est le nombre démultiplié des équipements à fournir qui était vraiment impressionnant (sans compter les petits caprices de tout-un-chacun !!!) D’ailleurs, nous avons fait surchauffer notre atelier technique pendant une bonne semaine afin d’apporter et de tester toutes les modifications nécessaires à notre plan de route (merci, les gars).

03 Décembre 2013, 14:45 : après avoir refait le tour de toutes les caméras et m’être assuré de la synchronisation, je me disais que tout était prêt et que nous venions de déterminer sans l’ombre d’un doute une nouvelle façon de travailler et de concevoir des événements « Live » d’un nouveau genre technique.

Nous avons tous vu les fabuleuses images en télédiffusion le soir même à RDI.

Un hommage hors de l’ordinaire!

– Nicolas Fournier